Pose implant mammaire kystique

Les bourrelets de mon ventre me donnaient l'air d'une fille enceinte et, comme mes seins n'avaient jamais poussé, en raison d'un excès d'androgènes, je n'avais rien sur la poitrine pour rétablir l'équilibre.

Mon rapport à la nourriture, qui se rapprochait parfois de la boulimie, passait à l'extrême inverse: une poignée d'amandes par jour pour éviter les ballonnements. Avec le recul, il est difficile de justifier l'effet paralysant de tout cela. Oui, les garçons étaient méchants avec moi.

Et alors? Nous sommes beaucoup à partager la même histoire. Mais, pendant ma dernière année, j'avais l'impression d'être sur une île, entourée d'amis qui restaient proches de moi pour se nourrir de mon insécurité, tout en étant tenus à l'écart par ma propre haine de moi. Ce n'est que peu après l'obtention de mon diplôme que ma mère m'a parlé de mammoplastie.

Sa meilleure amie avait récemment subi une liposuccion auprès d'une chirurgienne locale et vantait sa confiance retrouvée. Mine de rien m'a-t-elle avoué plus tardma mère lui a demandé si elle pensait que la liposuccion pourrait m'aider à retrouver confiance en moi.

Son amie a répondu oui, absolument, et lui a donné les coordonnées de la chirurgienne. Alors que les médecins m'avaient dit que j'étais trop jeune et que je pesais trop peu pour une liposuccion, une augmentation mammaire pouvait toutefois régler une des sources principales de mes complexes physiques. Ma mère et mon père estimaient que j'étais merveilleuse et normale comme j'étais, mais nous nous accordions sur le fait que la chirurgie me permettrait de normaliser mon physique, de me sentir assez confiante pour rencontrer quelqu'un et peut-être de stabiliser mon rapport à la nourriture et mon estime de moi.

Quand ma mère m'a proposé l'opération, la joie m'a fait venir les larmes aux yeux. En revanche, elle semblait à la fois triste, coupable et plein d'espoir. Mes parents m'ont fait promettre de ne pas passer par d'autres opérations de chirurgie esthétique après celle-ci.

L'opération était prévue pour l'été suivant, peu après la fin de ma première année d'université. Au cours des quatre rendez-vous préopératoires, je ne ressentais rien d'autre que de l'impatience.

J'ai parlé avec la chirurgienne de mon rapport au SOPK, et elle m'a avoué que si l'une de ses deux filles rencontrait les mêmes problèmes d'estime de soi, elle proposerait exactement la même opération. Nous avons travaillé ensemble pour décider de la taille la plus naturelle possible.

En raison du sous-développement sévère de mes seins naturels, nous transformerions mon bonnet à-peine-A en un modeste bonnet B. J'aimerais pouvoir écrire que, quand on m'a retiré les bandages, en emportant des morceaux de peau du même coup, je me suis sentie comme un papillon qui sort du cocon.

Ce n'était pas le cas. L'opération est-elle douloureuse? En reprenant conscience en salle de réveil, la nausée m'a saisie presque instantanément. J'ai passé trois semaines de convalescence recroquevillée sur le canapé du salon de mes parents, incapable de me doucher ou d'utiliser mes bras de peur de faire sauter les points de suture, en avalant un cocktail d'antidouleurs et d'antibiotiques qui me plongeait dans un horrible état second, ponctué de douleurs et de nausées.

J'aimerais pouvoir écrire que quand on m'a retiré les bandages, en emportant des morceaux de peau du même coup, je me suis sentie comme un papillon qui sort du cocon. Je ne me suis pas mise tout d'un coup à ressembler à Pamela Anderson, où à me prendre pour elle.

J'étais la même jeune femme timide de 19 ans, avec des poils noirs au menton, un ventre pansu et des joues couperosées. Mais c'était un début. Aujourd'hui, à 21 ans, j'ai toujours un bourrelet immuable autour de l'abdomen, mais l'augmentation mammaire m'a donné la force de sortir de la dépression et de me concentrer sur l'alimentation et l'exercice. Bien que ma peau soit toujours un champ de bataille après dix ans d'acné kystique, je peux la gérer sans pulsions suicidaires.

Pose implant mammaire kystique

Malgré cela, des complications médicales peuvent survenir telles que :. En général, un arrêt de travail est fixé pour une semaine pendant lequel un pansement doit être gardé pour ne pas infecter la plaie. Il faut éviter les charges lourdes, les mouvements brusques, tout en gardant une activité normale.

Un mois durant, un soutien-gorge anatomique va maintenir la prothèse dans une bonne position. Des contrôles réguliers sont à faire pour vérifier l'état général de la patiente. Lire aussi Chirurgie esthétique : une augmentation des seins sans bistouri. Inscrivez-vous à la newsletter Top Santé et recevez gratuitement votre livret de recettes minceur et gourmandes. Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification et de suppression des données vous concernant.

Pour en savoir plus ou exercer vos droits, vous pouvez consulter nos conditions générales d'utilisation. Découvrez le nouveau site. Augmentation mammaire : les techniques pour une poitrine généreuse Partagez sur Facebook Commentez 0. Sur le même sujet. Prothèses mammaires - Tout savoir. Partager cet article.

Prothèses mammaires: les questions que vous vous posez. Chirurgie esthétique : des implants mammaires sûrs et plus naturels.

Implants mammaires : peut-on encore se faire refaire les seins? Un médecin dénonce la dangerosité de certaines prothèses mammaires. Chirurgie esthéthique: des implants mammaires dangereux. Implants mammaires : quels sont les risques?

Cancer du sein : les tissus de la patiente efficaces pour une reconstruction mammaire. Les femmes porteuses d'implants mammaires plus à risque de suicide. Chirurgie esthétique : une augmentation des seins sans bistouri. Les guides TopSanté. Sans Pseudo, vous apparaitrez en Anonyme.